Glace massive à Eureka (NU) (M. Paquette)

mai 4, 2017 dans post

Cette masse de glace visible sous un épais couvert de sédiments marins argileux est visible grâce à un glissement de terrain rétrogressif, une forme issue de la dégradation d’un pergélisol riche en glace. La photo fut prise près de l’aéroport d’Eureka, au Nunavut. L’origine de la glace présente dans le pergélisol peut provenir de la fabrication in-situ de glace, par cryosuction et ségrégation de la glace entre autre, ou bien par l’ensevelissement de masses de glaces comme de la glace de lac ou un glacier par exemple. Dans ce cas-ci, les deux grandes lignes foncées et subparallèles traversant la glace rappèlent une structure souvent retrouvée dans la glace de glaciers, indiquant potentiellement une origine enfouie pour cette glace. Davantage d’analyses géochimiques, cristallographiques et cryostratigraphiques permettent de valider les hypothèses sur l’origine de la glace. Un exemple de ce type de recherche peut être consulté dans cet article ou cette présentation de Stéphanie Coulombe, qui effectue son doctorat au Géocryolab.

Félicitations à Karine Rioux pour son excellente présentation au Géoforum!

avril 24, 2017 dans Article

Le vendredi 21 avril dernier, Karine Rioux a présenté l’essentiel de son projet honors de baccalauréat dans le cadre du GéoForum du département de Géographie de l’Université de Montréal. Son projet porte sur l’évaluation de l’efficacité d’une technique de mitigation (les abris thermo-réflectifs), visant à assurer la stabilité du pergélisol le long d’une section expérimentale du Alaska Highway (Yukon). Karine a su démontrer de façon efficace les dynamiques thermiques de l’air et des premiers centimètres du sol sous les abris et ce, en comparant avec une section test. Son bon travail et son effort de vulgarisation lui ont valu le prix de la meilleure présentation honors en géographie physique! Félicitations à Karine!

Phase d’expérimentation préparatoire au développement du simulateur de pergélisol (Géocryosphere)

février 6, 2017 dans Non classé

Dans le cadre du cours GEO3010 (travail dirigé), Étienne Maurice s’acclimate avec les équipements du laboratoire pour tester leurs limites et la méthode en vue d’optimiser le développement du Géocryosphere (simulateur de pergélisol). Sous la supervision du directeur Daniel Fortier, le simulateur en développement servira à étudier le couplage des processus de transfert de masse et de chaleur dans un pergélisol artificiel contrôlé.

Sur l’image, une des premières étapes; simple mais riche en expérience. On refroidit un cylindre de silt humide à l’aide d’un refroidisseur de glycol, tout en mesurant comment évolue la température à partir de la ligne de liquide (à -15 degC) au centre jusqu’à la paroi (à 22 degC). Une fois le cylindre complètement gelé, la température d’alimentation au centre pourra être soumise à des variations de manière à déplacer le front de gel vers le coeur et générer une couche active périphérique.

Quel est l’impact de l’écoulement souterrain sur le régime thermique du sol ? (Daniel Fortier)

novembre 15, 2016 dans Non classé

En réponse aux changements climatiques, le dégel du pergélisol et l’approfondissement de la couche devraient favoriser l’augmentation de l’écoulement souterrain. Geocryolab a mis au point des cellules expérimentales pour évaluer l’impact thermique de cet écoulement sur la température du sol. Pourquoi? Parce que très peu d’information est actuellement disponible à ce sujet et que l’étude en laboratoire permet de simplifier le nombre de paramètres influençant la température et permet de mieux contrôler les paramètres en question.

Capture

Câbles à thermistance (gauche) fabriqué au Geocryolab qui seront reliés à un système automatisé d’acquisition de données (droite) (Campbell Scientific).

 

 

Influence de l’urbanisation sur la dynamique du pergélisol (Lin Chen)

novembre 14, 2016 dans post

GPR

L’urbanisation a une influence significative sur la dégradation du pergélisol. À son tour, la dégradation du pergélisol dans la zone urbaine affecte profondément la vie des résidents, comme l’approvisionnement en eau et la stabilité des bâtiments. En 2008, Lin Chen et ses coéquipiers ont mené une étude au géoradar (GPR) pour étudier l’influence de l’urbanisation sur la dynamique du pergélisol.

L’imagerie par tomodensitométrie (CT-Scan) des carottes de pergélisol : un outil aimé des géomorphologues ! (Audrey Veillette)

novembre 1, 2016 dans post

AV

À gauche: CT-Scan (Source : http://ctscan.ete.inrs.ca/); à gauche: Imagerie obtenue par tomodensitométrie où il est possible d’observer l’orientation des bulles d’air dans la glace, indice du rétablissement du pergélisol dans un environnement pentu.

Les résultats de l’imagerie CT-Scan nous permettent de caractériser en détail la cryostratigraphie de nos échantillons et d’ainsi de mieux comprendre le processus de formation, de dégradation et de rétablissement du pergélisol.

 

Glace massive à Cape Marre-Sale, Yamal Peninsula, Russie (Daniel Fortier)

octobre 28, 2016 dans post

Daniel

Cape Marre-Sale, Yamal Peninsula, Russia. Mike Angelopoulos, Daniel Fortier, E. Godin and Mark T. Jorgenson. (Photo: Eva Stephani)

L’origine de la glace massive dans le pergélisol est importante pour comprendre comment le paysage a évolué dans le passée et continue à évoluer aujourd’hui, notamment en réponses aux changements climatiques. Des membres du Géocryolab ont collaboré avec d’autres chercheurs pour comprendre l’origine de la glace massive exposée à Cape Marre-Sale. L’hypothèse proposée est que cette glace est principalement de la glace de glacier enfouie.

Pour plus d’information: Fortier et al. 2012. Origin of massive ice at Cape Marre-Sale, Yamal Peninsula, Siberia, Russia: contrasting views: https://www.researchgate.net/publication/269710232_Origin_of_massive_ice_at_Cape_Marre-Sale_Yamal_Peninsula_Siberia_Russia_contrasting_views

Des membres du Geocryolab se prononcent sur la recherche future en science du pergélisol

mars 19, 2015 dans post

Trois membres du Geocryolab (F. Bouchard, J. Lepage et M. Paquette) ont participé à la rédaction d’un manuscrit qui vient d’être soumis à la revue The Cryosphere. Faisant suite à une rencontre tenue en juin 2014, cet article synthétise les ″Cinq Questions Prioritaires″ auxquelles devraient s’attarder les chercheurs du pergélisol au cours des prochaines années. Il s’agit d’un effort interdisciplinaire à l’échelle internationale, incluant des jeunes chercheurs membres du PYRN, APECS, ADAPT et PAGE21.
Le manuscrit est présentement en évaluation dans la section ″Interactive Public Discussion″ de la revue. Les gens intéressés par le sujet sont invités à soumettre leurs commentaires et suggestions afin d’améliorer le manuscrit d’ici le 22 avril 2015.

Thermo-siphons (Alaska)

octobre 28, 2014 dans post

Les thermo-siphons sont des systèmes fermés d’extraction de la chaleur. Ils sont installés là où il est critique de garder le pergélisol froid et ainsi refroidir le sol. Les thermo-siphons sont utilisés de manière limitée comme technique de mitigation aux abords de routes en régions froides, en raison du coût d’installation élevé pour que ce système reste efficace. Ils sont plus efficaces pour éviter que la chaleur s’accumule près des bâtiments.

Le Geocryolab est impliqué dans l’expérimentation sur l’efficacité des thermo-siphons en utilisant des thermomètres électroniques très précis et des caméras infrarouges.

 

themosyphon 1

Un thermo-siphon installé dans le muskeg à un site expérimental dans l’Alaska central près de Fairbanks (photo M. Kanevskiy, © Geocryolab)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

themosyphon 2

L’image en noir et blanc provient d’une caméra infrarouge FLIR. Les thermo-siphons sont plus chauds (15.9°F = -9°C) que l’air ambiante (-40°F = -40°C) (photo M. Kanevskiy, © Geocryolab)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

themosyphon 3

Image infrarouge thermique d’un thermo-siphon en fonction. La couleur rougeâtre (rouge = plus chaud) montre que le thermo-siphon extrait bel et bien la chaleur du pergélisol (photo M. Kanevskiy, © Geocryolab).

Nouvel article dans ERL : Effects of thermo-erosion gullying on hydrologic flow networks, discharge and soil loss

octobre 27, 2014 dans Article, post

Une nouvelle contribution à propos de l’effet du ravinement de thermo-érosion sur l’intégrité du terrain et des implications sur l’hydrologie vient de paraitre dans une édition Focus d’ Environmental Research Letters.L’article s’intitule  Effects of thermo-erosion gullying on hydrologic flow networks, discharge and soil loss et a été préparé par Daniel Fortier, Stéphanie Coulombe et moi-même. Le numéro Focus on changing permafrost in a warming world: observation and implication porte sur l’évolution récente du pergélisol et des impacts liés à différentes échelles.

Il est disponible pour télécharger en open access.

 

Voici la référence :

Godin, E., Fortier, D., and Coulombe, S. 2014. Effects of thermo-erosion gullying on hydrologic flow networks, discharge and soil loss. Environmental Research Letters 9(10): 105010. doi: http://dx.doi.org/10.1088/1748-9326/9/10/105010.