L’environnement périglaciaire des hauts sommets du massif des Chic-Chocs (Gautier Davesne)

novembre 10, 2016 dans post

Au-delà de 1100-1200 m d’altitude, les sommets du massif des Chic-Chocs (Nord de la chaîne des Appalaches, Gaspésie) abritent un environnement périglaciaire typique. C’est le domaine de la toundra alpine où seuls des lichens et quelques herbacées parviennent à se développer au milieu des gélifracts (fig. 1). Au mont Jacques-Cartier (1273 m d’alt), les champs de blocs, aussi appelés felsenmeers, recouvrent la majeure partie du plateau (fig. 1). Ils sont présents dans les zones planes et sur des pentes faibles à moyennes. Sur les surfaces les plus planes, les gélifracts sont généralement triés et organisés en polygones de taille métrique dans les zones où une matrice de sédiments fins est présente (fig. 1). Au niveau des versants, lorsque la pente excède 3° à 4°, les formes polygonales ont tendance à s’allonger jusqu’à former des sols striés, aussi appelés des coulées de blocs (fig. 1). Quelques lobes de gélifluxion sont présents sur les versants du mont Jacques-Cartier et du mont Albert, résultat de l’action des cycles gel-dégel et d’une grande disponibilité en eau, notamment lors de la fonte des neiges (e.g. combe à neige sur le versant SE du mont Jacques-Cartier). Finalement, les plus hauts sommets du massif abritent des îlots de pergélisol alpin marginal contemporain en raison de conditions topo-climatiques azonales favorables.

capsule1

Figure 1: Formes périglaciaires présentes sur le plateau du mont Jacques-Cartier: A) Coulées de blocs; B) Champs de blocs; C) Polygones à triage.

Pour plus d’information, consultez les articles suivants:

Gray, J.T., Godin, E., Masse, J., and Fortier, D. (2009) Trois décennies d’observation des fluctuations du régime thermique du pergélisol dans le parc national de la Gaspésie, Le Naturaliste Canadien, 133, 69-77.

Davesne, G., Fortier, D., Dominé, F., Gray, J. (2016) Wind driven snow conditions control the occurrence of contemporary marginal mountain permafrost in the Chic-Chocs Mountains, south-eastern Canada – a case study from Mont Jacques-Cartier. The Cryosphere Discussion, doi: 10.5194/tc-2016-211.

Gray, J.T., Davesne, G., Godin, E. and Fortier, D. (2016) The Thermal Regime of Mountain Permafrost at the Summit of Mont Jacques-Cartier in the Gaspé Peninsula, Québec, Canada: A 37 Year Record of Fluctuations showing an Overall Warming Trend, Permafrost and Periglacial Processes. doi: 10.1002/ppp.1903.

Le mont Jacques-Cartier, un site remarquable pour le suivi de l’évolution du pergélisol alpin dans l’est de l’Amérique (Gautier Davesne)

octobre 20, 2016 dans focus, post

Les premières études sur le pergélisol alpin du massif des Chic-Chocs ont été réalisées à la fin des années 1970 par Gray et Brown qui ont mis en évidence les similitudes entre l’environnement périglaciaire des hauts plateaux des Chic-Chocs et ceux rencontrés dans les régions arctiques. À partir de ce constat, Gray et Brown ont émis l’hypothèse que des ilots de pergélisol étaient probablement présents sur les plus hauts plateaux du massif, notamment sur le mont Jacques-Cartier et le mont Albert. Pour valider cette hypothèse, un programme d’instrumentation a été mis en place en septembre 1977 (fig. 1), consistant à réaliser un forage de 29 m au sommet du mont Jacques-Cartier et de l’équiper d’un câble de 23 thermistances qui mesurent la température du sol à différentes profondeurs (Gray et Brown, 1979). Avec une série longue de 36 ans de données de température du sol (1979-2014) fournie par le forage, le mont Jacques-Cartier est le site disposant de l’un des plus longs suivis thermiques de pergélisol en Amérique du nord. Cet îlot de pergélisol alpin marginal, le plus au sud du Canada, est très près du dégel. Il est donc extrêmement sensible aux moindres fluctuations climatiques et réagit très rapidement aux forçages climatiques du fait de la forte conductivité thermique de la roche dans laquelle il se trouve (Gray et al., 2009; 2016). Les données thermiques extraites du forage sont donc d’une grande richesse pour détecter les réponses du pergélisol aux changements climatiques, ainsi que comprendre le comportement du pergélisol en dégradation et les conséquences sur le géosystème alpin des Chic-Chocs.

capsule2

Figure 1: Opération de forage au sommet du mont Jacques-Cartier en septembre 1977 (Photo: James Gray)

Gray, J.T. et Brown, R. J. E. (1979). Permafrost existence and distribution in the Chic-Chocs Mountains, Gaspésie, Québec. Géographie physique du Quaternaire, 33(3-4), 299-316.

Gray, J.T., Godin, E., Masse, J. et Fortier, D. (2009). Trois décennies d’observation des fluctuations du régime thermique du pergélisol dans le parc national de la Gaspésie. Le Naturaliste Canadien, 133(3), 69-77.

Gray, J., Davesne, G., Fortier, D., and Godin, E. (2016) The Thermal Regime of Mountain Permafrost at the Summit of Mont Jacques-Cartier in the Gaspé Peninsula, Québec, Canada: A 37 Year Record of Fluctuations showing an Overall Warming Trend. Permafrost and Periglacial  Processes, doi: 10.1002/ppp.1903

Bourse d’excellence pour Gautier Davesne!

mars 26, 2015 dans post

Félicitations à Gautier Davesne pour l’obtention d’une bourse d’excellence décernée par la Faculté des études supérieures et postdoctorales (FESP) de l’Université de Montréal en reconnaissance de la qualité de son dossier académique.

Gautier termine présentement sa maîtrise sous la direction de Daniel Fortier. Ses recherches visent à comprendre l’évolution spatio-temporelle du pergélisol alpin marginal dans le massif des Chic-Chocs en Gaspésie. Le dépôt de son mémoire est prévu pour la fin du printemps!

On lui souhaite bon courage pour le sprint final!

IMG_0337