Audrey Veillette présente: Stabilisation post-dégradation et modification à long terme du pergélisol

février 19, 2016 dans Conference, post

20160211_173910

Moi devant mon affiche au colloque annuel du Centre d’études Nordiques. Crédit photo : Daniel Fortier

Le colloque annuel du Centre d’études Nordiques (CEN) à Trois-Rivières m’a permis de présenter pour la première fois les résultats préliminaires de mon projet de maîtrise à un public scientifique! Mon affiche traite des caractéristiques morphologiques d’un pergélisol s’étant stabilisé après une perturbation par thermo-érosion. À l’Île Bylot, plusieurs ravins de thermo-érosion ont été observés; ils demeurent dans le paysage lorsqu’ils se stabilisent après quelques décennies. Cette stabilisation engendre des nouvelles caractéristiques pour le pergélisol de surface, et il est primordial d’en connaître davantage sur ce nouvel état. Les résultats préliminaires indiquent une présence accrue de glace dans la partie supérieure du pergélisol; cette glace vient modifier la quantité de chaleur latente du pergélisol, ce qui a un effet sur sa stabilité thermique! Mes analyses de laboratoire des prochaines semaines me permettront de quantifier cette chaleur latente.

Durant le colloque, j’ai aussi eu la chance de discuter de thermo-érosion avec le passionné François Costard, en plus d’en apprendre davantage sur une panoplie de travaux de recherches nordiques. Merci au CEN 🙂

 

PosterCEN_AV2016-96dpi

 

‘Fractures et factures’ : l’importance d’être prêt en cas d’accident de terrain en milieu éloigné (témoignage)

février 19, 2016 dans Conference, post

Lors du Colloque annuel du Centre d’études nordiques (CEN) tenu le 11 février dernier à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), j’ai eu l’occasion de livrer un témoignage personnel sur un accident de terrain survenu en mai 2015 à l’Île Bylot (Nunavut). Après une triple fracture de l’avant-bras et une amputation partielle du pouce, j’ai dû attendre une trentaine d’heures avant d’être évacué vers la clinique la plus proche (Pond Inlet). Une chance qu’une des membres du GEOCRYOLAB – Audrey ‘Big Chunk’ Veillette – venait tout juste de suivre son cours de secourisme en milieu éloigné…

Le témoignage a pris la forme d’un discours-express d’environ 5 minutes à la fin de la période de communications orales, suivi de la présentation d’une affiche. Si ça peut en avoir sensibilisé quelques un(e)s aux risques potentiels du travail de terrain dans le Nord, ce témoignage aura été utile.

La référence complète ainsi que le PDF de l’affiche sont disponibles ici.

 

Diapos CEN 2016 (FBouchard)_Page_1

Support visuel lors du discours-express

Diapos CEN 2016 (FBouchard)_Page_2

Support visuel lors du discours-express

Discours-express-FB

Présentation du discours-express (Photo : C. Barnard)

Résumé :

Ah, le travail de terrain… activité indispensable du chercheur nordique. Premier grand défi pour certains, voyage de routine pour d’autres, expérience formatrice pour tous. La planification d’une campagne de terrain dans le Nord inclut typiquement une panoplie de tâches de toutes sortes : réunions, appels, courriels, réservations, calculs, emballage, calibration, etc. Cela demande temps, argent et énergie. Souvent au bas de la ‘liste des priorités’ figurent 1) un cours de secourisme en régions éloignées et 2) une assurance (généralement privée) en cas de transport d’urgence. Dans le cadre de ce témoignage, nous verrons pourtant que ces deux éléments doivent absolument figurer en priorité dans le ‘kit’ de tout chercheur nordique qui s’apprête à partir sur le terrain. C’est évidemment vrai dans le cas des étudiants et des employés, mais je démontrerai à quel point c’est encore plus pertinent et essentiel dans le cas des stagiaires postdoctoraux. Avis aux cœurs sensibles : du matériel radiographiquement explicite et des factures anormalement élevées seront montrées.

 

Poster-1-FB

Présentation lors de la séance d’affiches (Photo : D. Fortier)

Présentation de Gautier Davesne lors du Colloque annuel du Centre d’études Nordiques !

février 18, 2016 dans Conference, post

Gautier Davesne a présenté les résultats de son projet de recherche de maitrise sur le pergélisol alpin du mont Jacques-Cartier en Gaspésie lors du colloque annuel du Centre d’Études Nordiques qui s’est déroulé le jeudi 11 février 2016 à l’Université de Québec à Trois-Rivières. Dans sa présentation, intitulée « Régime thermique du pergélisol alpin au sommet du Mt Jacques-Cartier (Gaspésie, Québec, Canada) : 37 ans de données montrant une tendance au réchauffement », Gautier a montré que le pergélisol alpin du sommet du mont Jacques-Cartier répondait très rapidement à la hausse marquée des températures de l’air depuis la fin des années 1970 et que sa température interne est présentement très près de 0 °C. Si cette tendance se poursuit, la disparition de cet ilot de pergélisol alpin devrait se produire d’ici à 2040 selon ses estimations, conduisant potentiellement à des bouleversements majeurs pour le géosystème alpin local.

Présentation PowerPoint

Évolution de la température moyenne annuelle de l’air (TMAA) modélisée (moyenne mobile de 5 ans pour filtrer les variations interannuelle) et température moyenne du sous-sol (TMAS) au sommet du mont Jacques-Cartier.

Le GEOCRYOLAB au Colloque de l’Association Québécoise des Transports (AQTr)

décembre 21, 2012 dans Conference

Katerine Grandmont a participé au dernier colloque de l’AQTr portant sur la Conception, Construction et Gestion des Infrastructures de Transport en Région Nordique. Au cours de cette rencontre, qui a eu lieu le 11 décembre à Montréal, il a notamment été question de l’importance de l’intégration des données géoscientifiques et de l’utilisation de technologies variées afin de bien orienter les projets en milieu de pergélisol. De même, différents projets d’infrastructure en cours de réalisation en régions nordiques ont aussi été présentés.