Alaska – Matanuska. À propos de la moraine frontale

juin 8, 2015 dans focus

Auteur: Michel Sliger

La moraine frontale la plus récente poussée par le glacier Matanuska (Alaska, USA) est aisément distinguable de par son élévation, sa végétation relativement récente et l’absence de stratification qui pourrait informer sur quelques processus hydrologiques que ce soit. Au contraire, le till qui compose la moraine d’ablation a des élévations généralement plus basses. Dans ses parties les plus basses, il est souvent remanié par les processus hydrologiques qui sont très dynamiques lors de la fonte. Cette image d’un glacier toujours actif est particulièrement utile pour l’interprétation des forages au site d’étude de Beaver Creek (Yukon) qui se trouve sur une moraine d’ablation laissé par l’avant dernier épisode glaciaire, soit il y a 50 ka ou 190 ka (aucune date n’existe; le carbone 14 est inefficace dans cette plage) (Figure 1).

matanuska

Figure 1: Moraine frontale du glacier de Matanuska, AK

Modelé de thermokarst, Alaska Intérieure, à proximité de Fairbanks

novembre 4, 2014 dans post

Les Yedoma (pergélisol syngénétique Pléistocène) sont extrêmement riches en glace. Avec le temps, le thermokarst modifie le paysage et favorise le développement de plusieurs morphologies sur le terrain. Dans le présent exemple, le thermokarst se développe à proximité d’une rivière à méandre dans une plaine alluviale. Dans cette photo plusieurs lacs de thermokarst sont observés et nombreux parmi ceux-ci sont drainés. Des mares de thermokarst, des tourbières et des tourbières en dégradation sont également présentes (Photo D. Fortier © Geocryolab).

La dynamique fluviale joue un rôle primordial dans le cycle de vie de ces écosystèmes aquatiques liés au thermokarst, qui contribue au drainage des mares et des lacs communs dans ce type d’environnement. Le modelé de thermokarst joue un rôle crucial dans le système climatique en libérant dans l’atmosphère du carbone qui était auparavant séquestré dans le pergélisol.

 

Interior

Thermo-siphons (Alaska)

octobre 28, 2014 dans post

Les thermo-siphons sont des systèmes fermés d’extraction de la chaleur. Ils sont installés là où il est critique de garder le pergélisol froid et ainsi refroidir le sol. Les thermo-siphons sont utilisés de manière limitée comme technique de mitigation aux abords de routes en régions froides, en raison du coût d’installation élevé pour que ce système reste efficace. Ils sont plus efficaces pour éviter que la chaleur s’accumule près des bâtiments.

Le Geocryolab est impliqué dans l’expérimentation sur l’efficacité des thermo-siphons en utilisant des thermomètres électroniques très précis et des caméras infrarouges.

 

themosyphon 1

Un thermo-siphon installé dans le muskeg à un site expérimental dans l’Alaska central près de Fairbanks (photo M. Kanevskiy, © Geocryolab)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

themosyphon 2

L’image en noir et blanc provient d’une caméra infrarouge FLIR. Les thermo-siphons sont plus chauds (15.9°F = -9°C) que l’air ambiante (-40°F = -40°C) (photo M. Kanevskiy, © Geocryolab)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

themosyphon 3

Image infrarouge thermique d’un thermo-siphon en fonction. La couleur rougeâtre (rouge = plus chaud) montre que le thermo-siphon extrait bel et bien la chaleur du pergélisol (photo M. Kanevskiy, © Geocryolab).

Le tunnel de pergélisol du CRREL. Alaska

décembre 16, 2013 dans slideshow

CRREL Tunnel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tunnel de pergélisol du CRREL, en Alaska non loin de Fairbanks, 2011.

Alaska – Matanuska 2011

décembre 14, 2013 dans slideshow

Seracs

 

Excursion au glacier de Matanuska durant le printemps 2011