par Godin.E

Etienne Godin: un compte rendu de ma soutenance de thèse

février 23, 2016 dans post par Godin.E

Le 10 Février 2016 durant l’après-midi se tenait un événement critique dans le cheminement d’un candidat au doctorat : la soutenance de ma thèse. Cet exercice consiste à réunir un comité d’examen (ou jury), groupe de spécialistes qui est au fait de la recherche du candidat qui évaluera les idées proposées, la portée des contributions et la connaissance des menus détails du projet par l’étudiant.

Le jury était composé de :

  • Jan Franssen, Professeur au département de Géographie de l’Université de Montréal, Président rapporteur;
  • Daniel Fortier, Professeur au département de Géographie de l’Université de Montréal, Directeur de recherche;
  • Michel Allard, Professeur au département de Géographie de l’Université Laval, Membre du Jury;
  • François Costard, Directeur de Recherche, CNRS, Géosciences, Université Paris-Sud, Examinateur Externe;
  • Sjoerd Roorda, Professeur au département de Physique de l’Université de Montréal, Représentant de la Faculté des Études Supérieures.

La présentation dura environ 30 minutes, suivie d’une période de questions qui dura environ 2h30.

Pendant la soutenance, les membres du jury à gauche et Michel Allard en téléconférence (dans l’écran). Crédit photo : Josée Turcotte


Ma thèse est structurée en chapitres, soit un article par chapitre (Ch. II à V), précédé d’une introduction générale (Ch. I):

  1. Chapitre I : Introduction générale : présente le site à l’étude, la mise en contexte et la pertinence de la recherche. Présentation des questions/objectifs de recherche, c’est-à-dire :
    1. approfondir les connaissances géomorphologiques propres au ravinement de thermo-érosion;
    2. examiner, caractériser et quantifier les impacts du ravinement;
    3. considérer le rôle de celui-ci dans une optique d’évolution du paysage périglaciaire à court et moyen terme;
  2. Chapitre II : Géomorphologie d’un ravin de thermo-érosion, Ile Bylot, NU, Canada;
  3. Chapitre III : Évolution spatiale et temporelle des ravins de thermo-érosion;
  4. Chapitre IV : Effet du ravinement de thermo-érosion sur l’écoulement et la perte des sols;
  5. Chapitre V : Dynamique non-linéaire des transferts thermiques et de l’humidité des polygones humides dans le Haut-Arctique suivant une perturbation du pergélisol.

La période de questions fut dynamique – parfois colorée, mais dans tous les cas intense. Le support de l’assistance à mon égard était palpable et je lui en suis très reconnaissant!

La première question du premier tour de question, par M. Costard, dura environ 10 min – soit une dizaine de sous-points dans la question. Quelques exemples de ces sous-points :

  1. Quel est, selon ma compréhension, le rôle de la température de l’eau sur la dynamique de la thermo-érosion ? Comparativement au rôle de l’érosion mécanique par exemple?
  2. Quelles sont les raisons qui expliquent que le taux d’érosion du ravin à l’étude varie de très , suite à son initiation vers 10 fois moins les années suivantes ?
  3. Dans ma thèse, je présente des analogies de la dynamique de ravinement avec des ravins en zones arides. Quel est le lien ? (le jury en entier semblait intrigué par cette analogie)

Il y a deux tours complets de questions/réponses de la sorte – et un troisième tour partiel, suivi de quelques questions provenant de l’assistance, avant le début des délibérations vers 16 :20. Ce fut bref, le verdict tomba après une discussion d’une dizaine de minutes par le jury en huis clos. Résultat : Excellent !

Moment critique, la présentation du verdict du jury par le Président-Rapporteur. Crédit photo: François Costard.



La soutenance fut suivie par un goûter organisé par Josée Turcotte et Daniel Fortier, avec une généreuse contribution en nourritures et breuvage d’un membre de la famille et la main-d’œuvre par les membres du laboratoire et amis J

Un directeur et un étudiant contents! Crédit photo: François Costard.


Merci à tous pour votre présence – ce fut vraiment un événement exceptionnel !

Etienne

Audrey Veillette présente: Stabilisation post-dégradation et modification à long terme du pergélisol

février 19, 2016 dans Conference, post par Audrey Veillette

20160211_173910

Moi devant mon affiche au colloque annuel du Centre d’études Nordiques. Crédit photo : Daniel Fortier

Le colloque annuel du Centre d’études Nordiques (CEN) à Trois-Rivières m’a permis de présenter pour la première fois les résultats préliminaires de mon projet de maîtrise à un public scientifique! Mon affiche traite des caractéristiques morphologiques d’un pergélisol s’étant stabilisé après une perturbation par thermo-érosion. À l’Île Bylot, plusieurs ravins de thermo-érosion ont été observés; ils demeurent dans le paysage lorsqu’ils se stabilisent après quelques décennies. Cette stabilisation engendre des nouvelles caractéristiques pour le pergélisol de surface, et il est primordial d’en connaître davantage sur ce nouvel état. Les résultats préliminaires indiquent une présence accrue de glace dans la partie supérieure du pergélisol; cette glace vient modifier la quantité de chaleur latente du pergélisol, ce qui a un effet sur sa stabilité thermique! Mes analyses de laboratoire des prochaines semaines me permettront de quantifier cette chaleur latente.

Durant le colloque, j’ai aussi eu la chance de discuter de thermo-érosion avec le passionné François Costard, en plus d’en apprendre davantage sur une panoplie de travaux de recherches nordiques. Merci au CEN 🙂

 

PosterCEN_AV2016-96dpi

 

par fbouchard

‘Fractures et factures’ : l’importance d’être prêt en cas d’accident de terrain en milieu éloigné (témoignage)

février 19, 2016 dans Conference, post par fbouchard

Lors du Colloque annuel du Centre d’études nordiques (CEN) tenu le 11 février dernier à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), j’ai eu l’occasion de livrer un témoignage personnel sur un accident de terrain survenu en mai 2015 à l’Île Bylot (Nunavut). Après une triple fracture de l’avant-bras et une amputation partielle du pouce, j’ai dû attendre une trentaine d’heures avant d’être évacué vers la clinique la plus proche (Pond Inlet). Une chance qu’une des membres du GEOCRYOLAB – Audrey ‘Big Chunk’ Veillette – venait tout juste de suivre son cours de secourisme en milieu éloigné…

Le témoignage a pris la forme d’un discours-express d’environ 5 minutes à la fin de la période de communications orales, suivi de la présentation d’une affiche. Si ça peut en avoir sensibilisé quelques un(e)s aux risques potentiels du travail de terrain dans le Nord, ce témoignage aura été utile.

La référence complète ainsi que le PDF de l’affiche sont disponibles ici.

 

Diapos CEN 2016 (FBouchard)_Page_1

Support visuel lors du discours-express

Diapos CEN 2016 (FBouchard)_Page_2

Support visuel lors du discours-express

Discours-express-FB

Présentation du discours-express (Photo : C. Barnard)

Résumé :

Ah, le travail de terrain… activité indispensable du chercheur nordique. Premier grand défi pour certains, voyage de routine pour d’autres, expérience formatrice pour tous. La planification d’une campagne de terrain dans le Nord inclut typiquement une panoplie de tâches de toutes sortes : réunions, appels, courriels, réservations, calculs, emballage, calibration, etc. Cela demande temps, argent et énergie. Souvent au bas de la ‘liste des priorités’ figurent 1) un cours de secourisme en régions éloignées et 2) une assurance (généralement privée) en cas de transport d’urgence. Dans le cadre de ce témoignage, nous verrons pourtant que ces deux éléments doivent absolument figurer en priorité dans le ‘kit’ de tout chercheur nordique qui s’apprête à partir sur le terrain. C’est évidemment vrai dans le cas des étudiants et des employés, mais je démontrerai à quel point c’est encore plus pertinent et essentiel dans le cas des stagiaires postdoctoraux. Avis aux cœurs sensibles : du matériel radiographiquement explicite et des factures anormalement élevées seront montrées.

 

Poster-1-FB

Présentation lors de la séance d’affiches (Photo : D. Fortier)

par Godin.E

Présentation de Gautier Davesne lors du Colloque annuel du Centre d’études Nordiques !

février 18, 2016 dans Conference, post par Godin.E

Gautier Davesne a présenté les résultats de son projet de recherche de maitrise sur le pergélisol alpin du mont Jacques-Cartier en Gaspésie lors du colloque annuel du Centre d’Études Nordiques qui s’est déroulé le jeudi 11 février 2016 à l’Université de Québec à Trois-Rivières. Dans sa présentation, intitulée « Régime thermique du pergélisol alpin au sommet du Mt Jacques-Cartier (Gaspésie, Québec, Canada) : 37 ans de données montrant une tendance au réchauffement », Gautier a montré que le pergélisol alpin du sommet du mont Jacques-Cartier répondait très rapidement à la hausse marquée des températures de l’air depuis la fin des années 1970 et que sa température interne est présentement très près de 0 °C. Si cette tendance se poursuit, la disparition de cet ilot de pergélisol alpin devrait se produire d’ici à 2040 selon ses estimations, conduisant potentiellement à des bouleversements majeurs pour le géosystème alpin local.

Présentation PowerPoint

Évolution de la température moyenne annuelle de l’air (TMAA) modélisée (moyenne mobile de 5 ans pour filtrer les variations interannuelle) et température moyenne du sous-sol (TMAS) au sommet du mont Jacques-Cartier.